Vous lisez...
Chaine de valeur riz

Productivité des Exploitations Agricoles Familiales de la Vallée du Fleuve Sénégal

Riz Paddy L’autosuffisance en riz au Sénégal n’a jamais été à portée de main que durant ces deux dernières années. Les efforts consentis par nos pouvoirs publics commencent à porter leurs fruits. En effet, d’après les chiffres de l’ANSD, la région de Saint-Louis a produit à elle seule 399 224 tonnes de riz paddy durant la campagne agricole 2015-2016. Les producteurs de riz regroupés au sein du Comité Interprofessionnel pour la filière Riz (CIRIZ) ont conscience maintenant que la “balle de riz”est dans leur camp. La professionnalisation est la voie toute tracée pour atteindre au plus vite les objectifs fixés.

La politique protectionniste de limitation des importations mis en œuvre actuellement peut améliorer durablement la commercialisation du riz local et permettre de sécuriser davantage le revenu des producteurs. Cependant pour plus d’effets sur le long terme, la qualité doit être au rendez-vous d’autant plus que l’ensemble des indicateurs de performance actuels laissent à penser qu’on y arrivera bientôt.

Le réseau de distribution du riz local doit se renforcer au plus vite pour éviter les risques de tension sur les marchés. Bien entendu, le mécanisme de soutien à la filière riz ne peut se faire au détriment des consommateurs dont le pouvoir d’achat est assez réduit. Actuellement tous les acteurs intervenant dans la filière riz (importateurs, producteurs, riziers, etc.) sont invités à intégrer la plateforme de mise en relation pour une commercialisation du riz de la Vallée dans de meilleures conditions. Ainsi, au niveau de la Vallée du Fleuve Sénégal (VFS), tout est mis en oeuvre pour que les Exploitations Agricoles Familiales (EAF) puissent mettre en marché le surplus commercialisable.

De même, l’appui technique pour ces EAF exploitant au niveau des périmètres irrigués privés et publics se poursuit non sans difficultés. Les aléas naturelles sont toujours là pour rappeler la fébrilité de la culture du riz. Sur ce point, la saison sèche de riz semble offrir les meilleures performances en terme de productivité. Pour les EAF des périmètres irrigués publics, la gestion collective des aménagements et du crédit de campagne constitue toujours une contrainte non négligeable car elle constitue un frein à l’effectivité de la double culture du riz. Par contre, pour ceux cultivant dans des zones non aménagées, le financement des campagnes est beaucoup plus difficile car les risques sont très élevées.

Ce document d’analyse décrit la situation de la productivité de 150 EAF au niveau de 8 périmètres irrigués du département de Dagana durant 6 campagnes rizicoles allant de 2012 à 2015.

A lire: Productivité des EAF de la VFS

Publicités

À propos de lavoixdelavallee

Agroéconomiste/Financier, conseiller en entreprise agricole

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Entrez votre adresse e-mail pour souscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par email.

Rejoignez 833 autres abonnés

Stats du Site

  • 24 828 visites

Suivez-moi sur Twitter

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :