Vous lisez...
Emploi des jeunes et femmes

L’emploi des jeunes au Sénégal, un défi herculéen

Bravo aux LIONS, encore une dernière marche à franchir. VIVE LE SENEGAL.

Rien à faire, on dirait bien que le secteur de l’emploi est bouché au Sénégal. Si quelqu’un me disait aujourd’hui que le sous-secteur des stagiaires représente 90% du secteur de l’emploi, je lui dirais que t’as raison mon pote.

L’insertion professionnelle est devenue très compliquée surtout chez les jeunes. Nos jeunes manquent peut-être de qualification professionnelle ? Et le niveau de formation alors ? Vous savez, avec un taux de réussite au premier tour au bac 2019 de moins de 15%, nous pouvons certes accuser l’Etat et les enseignants mais que dire de la motivation des bacheliers qui voient certains de leurs proches bardés de diplômes qui peinent à se trouver un stage !!!!

Au Sénégal, le taux d’emploi pour les 15 ans et +, était estimé à 42,4% en 2015 avec seulement un taux de 25,78% pour les 15-24 ans (BM). Pour l’ENES, sur le 4e trimestre 2018, 45,7% de la population en âge de travailler a eu un emploi. Rappelons aussi que les travailleurs familiaux pèsent 28,6% de l’emploi total en 2018, les emplois dans l’agriculture représentent aussi 32% du total des emplois.

Le taux de chômage est donc plus élevé chez les jeunes. En milieu rural, les jeunes sont employés majoritairement dans le secteur agricole. Sachant qu’environ 54% de la population sénégalaise est rurale, il va falloir impérativement développer notre agriculture pour inverser la courbe du chômage des jeunes.

L’EERH 2018 nous rappelle qu’il ne faut rien attendre du secteur formel car le secteur primaire n’occupe que 6,7% de personnes contre 46,7% pour les services et 27,7% pour l’industrie. Et en plus, le secteur formel emploie peu de diplômés car il se trouve que les manœuvres et ouvriers sont les plus importants avec une part de 55,4%. Ils sont suivis « des techniciens, agents de maitrise et ouvriers » avec 27,2%. Les « techniciens supérieurs, cadres moyens » et les « cadres supérieurs » sont les moins représentés, soit 8,7% chacun.

Les solutions à la problématique de l’emploi des jeunes sont évidemment dans la valorisation de notre secteur informel. L’ENSIS 2011 a bien montré que le secteur informel non agricole employait près de 48,8% de la population active occupée.

La promesse de 1 000 000 d’emplois n’est pas une mince affaire.

 

À propos de lavoixdelavallee

Agroéconomiste/Financier, conseiller en entreprise agricole

Discussion

Pas encore de commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Entrez votre adresse e-mail pour souscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par email.

Rejoignez 927 autres abonnés

Stats du Site

  • 36 337 visites

Suivez-moi sur Twitter

%d blogueurs aiment cette page :