Vous lisez...
Agriculture familiale

La question, c’est le pouvoir d’achat des exploitations agricoles familiales au Sénégal…

Et la solution nous mènera directement vers notre émergence. Ceux qui ont des responsabilités pour faire bouger les lignes et qui ne le font pas et ceux qui l’on eut à un moment donné sans rien faire, de grâce arrêtez de nous tympaniser. Au Sénégal, ils aiment bien discourir mais quand il s’agit d’agir, ils se cachent tous derrière le SYSTEME. Je parle des politiques et des agents de développement.

Comprendre la formation des prix agricoles ainsi que la composition du revenu des ménages agricoles peut nous permettre de mieux apprécier le pouvoir d’achat de ces derniers. Le pouvoir d’achat mesure la capacité des ménages à consommer (achat de biens et de services) grâce au revenu disponible. Pour les ménages agricoles, il faut savoir que c’est à plus de 60% des dépenses liées à la consommation.

L’Ensas 2016 nous informe que les sources de revenus des ménages sont les produits agricoles (25%), le commerce (18%), l’artisanat  (11%),  le salaire  privé  (10%),  le salaire public (7%) et les transferts des migrants (7%). L’enquête nous apprend aussi que les principaux chocs subis par les ménages sont liés à la variation des prix : hausse du prix des denrées alimentaires (37,2%), augmentation du prix des intrants (20,1%) et baisse des prix  des  produits  vendus  par  les  ménages  (19,5%).

La dernière enquête agricole 2017-2018 nous montre que comme stratégies d’adaptation face aux chocs, les ménages ont recours fréquemment à la vente d’animaux (17%), ensuite c’est l’exercice d’une autre activité hors exploitation et l’aide reçue des parents qui obtiennent les fréquences les plus élevées avec respectivement 14,76% et 14,8%. La vente des récoltes (10,7%) permet également de résister aux chocs ainsi que les aides reçues du gouvernement (9,37%).

La stabilité des prix agricoles parait donc être un élément déterminant dans l’amélioration du pouvoir d’achat des exploitations familiales. Pour l’amélioration des revenus, la recette du projet Naatal Mbay peut être fera l’affaire puisqu’en 4 ans avec seulement 13,8 milliards de FCFA, le projet aurait favorisé la croissance économique en permettant à 120 000 ménages agricoles d’accroître leurs revenus de plus de 30%.

Je précise que le Sénégal doit compter un peu plus de 800 000 ménages agricoles (755 532 ménages selon RPGHAE 2013), c’est donc 15% des ménages agricoles qui seraient touchés !!!!  Et dire qu’on a un budget de près de 200 milliards de FCFA par an donc quelques 750 milliards de FCFA sur 4 ans pour le ministère de l’agriculture, c’est à ne rien comprendre.

Publicités

À propos de lavoixdelavallee

Agroéconomiste/Financier, conseiller en entreprise agricole

Discussion

Pas encore de commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Entrez votre adresse e-mail pour souscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par email.

Rejoignez 914 autres abonnés

Stats du Site

  • 32 781 visites

Suivez-moi sur Twitter

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :