Vous lisez...
Chaine de valeur riz

Comprendre la gestion du crédit de campagne par les GIE de la Vallée du Fleuve

Depuis le 2 avril, le Sénégal est en mode « Fast tract » pour les actions de l’Etat. La preuve, 2 ministres se sont auto-nommés, du jamais vu dans l’histoire des républiques. Le mode « Fast-tracking » ou l’art de démarrer ses activités sans avoir terminé son processus d’analyse pour terminer plus tôt et optimiser l’utilisation des ressources.

Et puis, pourquoi s’entourer encore de 300 personnes compétentes et chercher en même temps à décider seul ? 350 personnes, j’avais omis les transhumants qui vont certainement se partager la cerise qui est sur le gâteau. « No obstruction and no collusion with the King », la saison 8 de Game of Thrones a commencé.

Pour mieux apprécier la gestion du crédit de campagne par les GIE de la Vallée, prenons en exemple celle du GIE Malick Khoury de Pont Gendarme lors de la saison sèche chaude de riz 2018.

D’abord, le GIE Malick Khoury est attributaire d’une superficie de 33,97 Ha au niveau de la cuvette aménagée de Pont Gendarme. Le GIE compte près  de  50  membres  et  chaque membre dispose en moyenne d’une superficie de 0,83 Ha.

Le GIE a eu un financement de la Caisse Nationale de Crédit Agricole du Sénégal (CNCAS)  pour  un  montant  de  11  811 851 FCFA. A noter que le montant global  du  crédit  CNCAS  octroyé au  GIE  correspond  au  cumul  du crédit  octroyé  par  membre  selon l’expression  de  besoin  individuel formulé  avant  la  campagne.  Il  est en moyenne de 330 014 FCFA par producteur.

Soulignons  qu’au  niveau  du  GIE, en  plus  du  crédit  CNCAS  s’ajoute d’autres frais qui seront répartis au niveau  des  membres,  ce  qui  peut  alourdir le crédit octroyé. Spécifiquement pour le GIE Malick Khoury, il s’agit des frais liés au fonctionnement du GIE, des frais bancaires, de la redevance FOMAED et aussi des montants alloués à l’achat d’intrants en guise de compléments. Ainsi, en moyenne, le montant à rembourser par les producteurs du GIE Malick Khoury de Pont Gendarme atteint les 355 143 FCFA par producteur.

Globalement,  les  charges  de  campagne  pour  le  GIE  s’élèvent  donc  à 12 074 863 FCFA. A ces charges, on  y  ajoute  les  montants  dus  non encore  remboursés  par  certains membres  au  GIE  et  liés  aux  campagnes  précédentes.  On  a  ainsi  un montant global à rembourser par les membres de 12 453 481 FCFA soit l’équivalent de 95,8 Tonnes de paddy. Par producteur, on a donc près de 366 279 FCFA à rembourser par hectare soit l’équivalent de 2,8 tonnes de paddy. Je souligne que les frais de récolte et de post-récolte n’ont pas été comptabilisés.

Pas le temps de conclure, je suis en mode « fast tract ».

Publicités

À propos de lavoixdelavallee

Agroéconomiste/Financier, conseiller en entreprise agricole

Discussion

Pas encore de commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Entrez votre adresse e-mail pour souscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par email.

Rejoignez 914 autres abonnés

Stats du Site

  • 32 781 visites

Suivez-moi sur Twitter

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :