Vous lisez...
Emploi des jeunes et femmes

L’autonomisation des femmes du Sénégal en agriculture, quelles avancées ?

Le 8 mars 2019 célèbre la journée internationale des droits de femmes et surtout de la lutte pour la réduction des inégalités par rapport aux hommes. Je trouve que la Direction de l’Equité et de l’Egalité des Genres (DEEG) nous doit chaque année un bilan pour que nous puissions apprécier les avancées surtout par rapport à notre Stratégie Nationale pour l’Equité et l’Egalité de Genre (SNEEG) 2016-2026. Pour vous dire, je ne savais même pas qu’un tel document existait, un peu de littérature cela ne fait pas de mal.

L’autonomisation des femmes rurales est la clé pour une réduction durable et viable des inégalités sociales avec un impact certain sur l’insécurité alimentaire et le niveau de pauvreté. Un des enjeux du PNIASAN 2.0 est de mieux intégrer les femmes dans le développement agricole avec comme défi de promouvoir  des  réformes  pro-genre  dans  le  secteur  agro-sylvo-pastoral et halieutique. Vraiment, le temps de l’action c’est aussi le temps des réformes, le temps de respecter ses engagements et d’éviter les dialogues de sourds.

A lire : Emploi des jeunes et des femmes au Sénégal, quel part pour l’agriculture ?

A lire : Emploi des jeunes et femmes en agriculture, le Sénégal parmi les derniers en Afrique de l’Ouest

Notons que sur les 180,8 milliards prévus pour le Renforcement du Capital Humain dans le PNIASAN, les 70 milliards sont destinés à la promotion de l’autonomisation des femmes agricultrices, éleveurs et transformatrices des produits agro-sylvo-pastoraux et halieutiques. C’est bien mais cela n’est pas encore suffisant, tout en étant optimiste sur l’efficacité de la mise en œuvre des activités.

Les femmes agricoles sont déjà au cœur de la lutte pour l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire au Sénégal même si 92% des ménages agricoles sont dirigées par des hommes. Il faut reconnaitre qu’au niveau de l’accès au foncier agricole, il y a eu de véritables avancées.

En 2012, seuls 9,8% des terres étaient exploitées par les femmes contre 90,2% par des hommes selon la DAPSA. En 2016, le taux est passé à 13,6% pour les femmes et de 86,4% pour les hommes et en 2017, on compte 29% de terres exploitées par les femmes contre 71% par les hommes (RCSA 2017).

Actuellement les femmes rurales s’investissent énormément dans la production maraîchère et dans la transformation et la commercialisation des produits agricoles. Le besoin en financement est très grand, on attend toujours des bailleurs.

A lire : L’autonomisation des femmes en agriculture s’éternise au Sénégal

Publicités

À propos de lavoixdelavallee

Agroéconomiste/Financier, conseiller en entreprise agricole

Discussion

Pas encore de commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Entrez votre adresse e-mail pour souscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par email.

Rejoignez 914 autres abonnés

Stats du Site

  • 32 781 visites

Suivez-moi sur Twitter

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :