Vous lisez...
Chaine de valeur oignon

Commercialisation de l’oignon local, quel est le juste prix ?

Qui ne risque rien n’a rien. Gagner et/ou perdre ? Gagner beaucoup et/ou perdre beaucoup ? Quand il s’agit de commercialiser sa production d’oignon à la fin d’une campagne agricole très coûteuse et chargée en émotion, quel est le juste milieu ?

Pour mieux comprendre, disons que pour récolter 1 ha d’oignon, il nous faut dépenser environ 1 520 000 FCFA pour couvrir l’ensemble des charges de campagne. Et avec un rendement de 30 Tonnes/Ha écoulé à un prix de 150 FCFA/Kg, on peut espérer obtenir une marge deux fois supérieure aux charges engagées (taux de marge de près de 200%). Avec cette hypothèse, on se rend compte que  pognon et oignon vont bien ensemble.

Sachez aussi qu’une perte en rendement ou en post-récolte peut tout aussi bien être compensée par le prix de vente. En exemple, 20 tonnes d’oignon vendues à 200 FCFA/Kg est équivalent à 16 tonnes vendues à 250 FCFA/Kg, en quelque sorte un différentiel de prix de 50 FCFA/Kg peut compenser une perte de production de l’ordre de 20%. Ainsi, malgré les facteurs d’incertitude qui entourent la mise en marché de la production d’oignon, les producteurs font quand même des paris insensés. Mais pourquoi spéculer si l’on a la possibilité de réaliser des arbitrages, il faut juste s’en donner les moyens.

Pour la campagne 2017/18, certains producteurs d’oignon du Bas-Delta dans la Vallée du Fleuve Sénégal ont spéculé et risquent de perdre gros. Dans l’expectative d’avoir des prix très profitables à l’approche des fêtes religieuses, ils semblent bien avoir hypothéqué leurs chances de réussir leur campagne de commercialisation. En effet, l’oignon des Niayes est arrivé à maturité, les marchés urbains sont déjà engorgés et les intermédiaires (Bana-Bana) vont chercher à maximiser leur profit.

Il est très difficile de faire comprendre aux producteurs qu’avec leurs contraintes et engagements financiers, les choix sont limités et conditionnés par leurs échéanciers. Mais sont-ils les seuls comptables de cette situation ? Car on pourrait bien dire, si l’Etat avait construit des magasins de stockage…, si le prix plafond au producteur n’était pas si haut, si…,si….

Publicités

À propos de lavoixdelavallee

Agroéconomiste/Financier, conseiller en entreprise agricole

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Entrez votre adresse e-mail pour souscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par email.

Rejoignez 721 autres abonnés

Stats du Site

  • 21,236 visites

Suivez-moi sur Twitter

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :