Vous lisez...
Autosuffisance alimentaire, Chaine de valeur riz, Conseil agricole, Financement agricole, Transformation agricole

Commercialisation du riz local : Ndioum, un marché incontournable

Les 21 décortiqueuses artisanales de Ndioum transforment en 6 mois près de 30 240 tonnes de riz paddy soit l’équivalent de 20 109 tonnes de riz blanc pour un chiffre d’affaire tenez-vous bien de 5,2 milliards de FCFA. Je ne comptabilise même pas le revenu provenant de la vente des sous-produits du décorticage comme le son grossier ou « niagass ». Avec 8 tonnes de paddy décortiquées par jour en période de pointe, la localité de Ndioum qui fait partie de l’arrondissement de Gamadji Saré dans le département de Podor est un axe stratégique dans l’approvisionnement en riz blanc pour les populations du Nord du Sénégal.

Le riz blanc transformé par les unités artisanales est commercialisé dans les localités suivantes : Ourosogui, Aéré Lao, Madina Ndiatbe, Dodel, Boki Diawé, Nabbadj Civol, Thielao, Galoya, Matam, Kanel, Bombode, Nianga. Ces unités artisanales sont en majorité des Jet Pearler de marque chinoise, de type NPF 90 fonctionnant avec un moteur électrique. Le modèle Jet Pearler est à la base un appareil de blanchiment du cargo mais parvient cependant à simultanément décortiquer le paddy et blanchir le riz cargo. Sa capacité de traitement est de 0,650 à 1 tonne/heure.

Au niveau du marché de Ndioum, on compte une quinzaine de décortiqueuses artisanales qui transforment ensemble près de 128 tonnes de paddy par jour pour un chiffre d’affaire journalier de 21 250 000 FCFA. Le prix de la prestation pratiquée pour le compte de tiers est en moyenne à 650 FCFA/sac.

Pourtant des problèmes subsistent, notamment l’absence de magasin de stockage de grande capacité et d’aire de séchage du paddy. Cependant la difficulté majeure pour ces unités est l’accès au financement bancaire pour pouvoir s’approvisionner en paddy et ce malgré le fait que les propriétaires se soient regroupés en GIE. Le vrai défi sera de les équiper en matériels complémentaires (bascule, pré-nettoyeur, élévateur et trieur-calibreur) afin qu’elles puissent améliorer la qualité du riz blanc produit.

A contacter : Moussa Dieng, propriétaire d’une unité de décorticage artisanale, membre actif du GIE des UDA de Ndioum, N° 77 515 32 49

 

Publicités

À propos de lavoixdelavallee

Agroéconomiste/Financier, conseiller en entreprise agricole

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Entrez votre adresse e-mail pour souscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par email.

Rejoignez 721 autres abonnés

Stats du Site

  • 21,236 visites

Suivez-moi sur Twitter

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :