Vous lisez...
Chaine de valeur riz, Transformation agricole

Commercialisation du riz local et transformation industrielle du paddy dans la Vallée

Les unités industrielles et semi-industrielles de transformation du paddy de la Vallée du Fleuve Sénégal (VFS) ont grandement contribué à la notoriété dont jouit actuellement le riz de la Vallée en rapport avec sa qualité. Avec l’augmentation de la production de riz, les rizeries et mini-rizeries ont su très tôt relever le niveau de leur plateau technique afin de mieux répondre aux préférences du consommateur sénégalais et ainsi profiter des opportunuités de rentabilité qu’offrent le secteur de la transformation du riz paddy.

En 2010, la SAED a recensé 24 rizeries et mini-rizeries dont 20 fonctionnelles (15 unités dans le département de Dagana et 2 unités à Podor). En 2015, l’étude réalisée par le CGERV fait état de 27 rizeries et mini-rizeries fonctionnelles dont 22 unités rien qu’à Dagana, 3 unités à Podor et 2 unités à Matam.

La capacité effective de transformation des rizeries et mini-rizeries de la VFS avoisinne les 130 000 tonnes de paddy par an. Il s’agit pour l’essentiel du riz paddy collecté et “consigné” pour le remboursement des crédits de campagne des producteurs et du paddy transformé à titre des prestations ponctuelles faites pour des tiers ou pour le compte de l’agro-industriel.

Pour le moment, les unités de transformation artisanales et industrielles sont largement en mesure de faire face au besoin de transformation de la production de paddy au niveau de la VFS. Malheureusement, elles fonctionnent souvent toutes en deçà de leur capacité. Cette situation est causée en partie par la concurrence accrue pour l’approvisionnement en paddy. De même, la faiblesse de la capacité de stockage en paddy et la fréquence lente de rotation des stocks de riz blanc limitent fortement les quantités transformées par les rizeries et mini-rizeries de la VFS et c’est bien évidemment un signe qu’il y existe encore des difficultés liées à la commercialisation du riz local.

Pourtant les contrats de commercialisation commencent à se généraliser et permettent aux unités industrielles et semi-industrielles de s’approvisionner en “paddy de remboursement” au prix officiel fixé. Seulement, le “surplus de production” est souvent acheté à un prix beaucoup plus faible par des intermédiaires locaux à la solde de certains transformateurs qui cherchent à optimiser leur coût de transformation. Cette situation est davantage accentuée par des structures financières qui sont plus préoccupées par l’amélioration de leur marge d’intermédiation qu’à faciliter la commercialisation du riz local.

Soulignons que même avec un contrat de commercialisation, la marge du producteur n’est pas souvent garantie à 100%. Elle peut ainsi être réduite à travers des mécanismes subtils notamment sur les aspects liés au stockage du paddy avant livraison et à la fréquence  des évacuations du paddy acheté.

Pour réussir le pari de l’autosuffisance en riz, il va nécessairement falloir limiter la spéculation sur les prix du paddy pour espérer augmenter durablement la production et permettre un approvisionnement régulier en paddy des rizeries et mini-rizeries. Le bradage de la production annihile les efforts faits par les acteurs de la filière riz pour améliorer le processus de la commercialisation du riz local.

Les institutions financières de la VFS doivent certes augmenter le volume du financement de la production mais aussi la qualité des crédits de campagne octroyés. Le financement sur nantissement de stock est une piste à explorer pour lutter contre la spéculation, faciliter la double culture annuelle du riz et surtout permettre aux riziers de disposer d’un paddy de qualité à juste prix.

A lire: Transformation du riz paddy par rizeries et mini-rizeries de la VFS

Publicités

À propos de lavoixdelavallee

Agroéconomiste/Financier

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse e-mail pour souscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par email.

Rejoignez 513 autres abonnés

Stats du Site

  • 15,939 visites

Suivez-moi sur Twitter

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :