Vous lisez...
Agriculture familiale

Exploitations agricoles familiales au Sénégal et modernité : Quel est le problème ?

L’agriculture sénégalaise est certes engagée sur la voie de l’émergence, mais quelle émergence ? Il s’agit peut-être de l’émergence de grandes exploitations agricoles de l’agrobusiness qui créeront plus d’emplois temporaires et saisonniers que d’emplois viables et durables. C’est aussi l’émergence des « exploitations ou fermes familiales » de l’agrobusiness qui bénéficie des exonérations fiscales du secteur agricole au Sénégal pour rentabiliser très tôt leurs investissements et mieux exporter. Mais c’est surtout l’émergence d’une agriculture commerciale très agressive qui renforce l’instabilité des prix au niveau des marchés domestiques et freine la croissance des « vraies » exploitations agricoles familiales qui parviennent tant bien que mal à nourrir la population sénégalaise. Actuellement le terme « familiale » est de toutes les expressions quand on parle d’agriculture car c’est vendeur, mais cela prête surtout à confusion pour les profanes quant à la notion d’exploitation agricole familiale au Sénégal.

Jusqu’à présent on attend de voir la modernisation des exploitations agricoles familiales (EAF) telle que promis par la Loi d’Orientation Agro Sylvo Pastoral de 2004 qui visait entre autre à formaliser les métiers de l’agriculture à travers la définition d’un statut juridique pour les exploitations agricoles familiales et la mise en place d’un régime de protection sociale pour les agriculteurs. Cette loi reconnaissait aussi l’importance et la nécessité de faire bénéficier aux organisations professionnelles agricoles qui regroupent la plupart des EAF des programmes de développement agro-sylvo-pastoral de l’Etat.

Le problème est que les orientations politiques sont restées les mêmes mais les priorités ont changé : il faut accélérer la cadence de la productivité de l’agriculture et créer des emplois pour les jeunes par la promotion de l’investissement privé et le développement des agropoles. Les exploitations agricoles familiales sont ainsi reléguées au second plan et cette situation risque d’accroître la précarité et le sous-emploi en milieu rural. Pourtant pour amorcer la modernisation des EAF, il faudrait juste engager les réformes liées à la gouvernance du foncier agricole afin de sécuriser davantage l’outil de production et aussi accroître le volume de financement pour permettre aux exploitants un accès plus facile au marché.

Publicités

À propos de lavoixdelavallee

Agroéconomiste/Financier, conseiller en entreprise agricole

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Entrez votre adresse e-mail pour souscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par email.

Rejoignez 849 autres abonnés

Stats du Site

  • 26 153 visites

Suivez-moi sur Twitter

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :