Vous lisez...
Chaine de valeur riz

Autosuffisance en riz au Sénégal : riz pluvial vs riz irrigué

Au Sénégal, la production nationale de riz se maintient pour la deuxième année consécutive au-dessus de la barre des 900 000 tonnes de paddy. En effet, les chiffres officiels de l’ANSD donnent pour la campagne agricole 2016/17 une production globale de 950 779 tonnes de riz paddy contre 906 348 tonnes en 2015/16.

Cependant, ce qui parait assez surprenant c’est la progression fulgurante de la riziculture pluviale en zone sud (Kolda, Ziguinchor, Kédougou, Sédhiou) qui a représenté jusqu’à 48% de la production nationale pour la campagne agricole 2015/16 en terme de tonnage en paddy. Par contre pour la campagne 2016/17, elle pèse désormais 38% de la production globale soit un recul de 70 245 tonnes. Soulignons que le riz pluvial est exclusivement emblavé dans le Sud avec la région de Kolda dont le potentiel est de 50 000 Ha dont 16 000 Ha au niveau des différentes vallées, la région de Sédhiou dotée d’un potentiel de 56 000 Ha dont 36 000 ha dans différentes vallées et 20 000 Ha sur le plateau et surtout la région de Ziguinchor dont le potentiel rizicole est de 116 000 ha.

En zone irriguée (Vallée du Fleuve Sénégal : Saint-Louis, Matam), la production rizicole ne représente en moyenne plus que 50% de la production nationale sur les deux dernières campagnes contre 74% en 2014/15 et 78% en 2013/14. Rappelons que le potentiel irrigable au niveau de la VFS est de 240 000 Ha dont 119 640 Ha ont été effectivement aménagé.

En résumé le taux de croissance annuel de la production de riz paddy entre 2014 et 2016 est de 4,65% dans la Vallée du Fleuve Sénégal contre 126% dans la zone Sud (Kolda, Ziguinchor, Kédougou, Sédhiou). Ainsi, la riziculture en pluvial a contribué significativement au niveau actuel atteint par la production nationale et doit l’être encore plus si l’on veut être autosuffisant d’ici quelques années. Remarquons que ce niveau record de production de riz est le fait d’une augmentation étonnante des superficies emblavées particulièrement dans la zone Sud (Sédhiou, Kolda et Ziguinchor) dont le cumul est passé de 62 500 Ha en 2015 à 155 701 Ha en 2016 avec un niveau de rendement qui a baissé pour s’établir à 2,30 t/Ha.

Le niveau de pluviométrie moyen de 1 280 mm (2015 et 2016) pour ces 3 régions légèrement supérieur à la normale de 1 091 mm, conjugué aux efforts considérables des pouvoirs publics pour améliorer l’accès aux intrants et matériels agricoles pourraient aussi expliquer cette situation. Malheureusement, pour être autosuffisant en riz et le rester, il faut aussi comprendre que l’amélioration de la productivité par l’augmentation des rendements est tout aussi importante et pour cela il faudra renforcer les capacités techniques des producteurs et améliorer le paquet technologique.

Publicités

À propos de lavoixdelavallee

Agroéconomiste/Financier, conseiller en entreprise agricole

Discussion

2 réflexions sur “Autosuffisance en riz au Sénégal : riz pluvial vs riz irrigué

  1. Hi. Le riz pluvial existe egalement dans le bassin arachidier avec une progression fulgurante.

    Publié par Ghislain | juin 11, 2017, 10:23

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Entrez votre adresse e-mail pour souscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par email.

Rejoignez 721 autres abonnés

Stats du Site

  • 21,236 visites

Suivez-moi sur Twitter

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :