Vous lisez...
Agriculture familiale

Les exploitations agricoles familiales du Sénégal sont très productives

Périmètre agricoleAu Sénégal, près de 57% de la population vit en milieu rural.  Cette population rurale croît à un rythme annuel de 2%. Elle s’adonne majoritairement à l’agriculture et produit essentiellement pour se nourrir, le surplus de production étant vendu dans les marchés ruraux et urbains. Le revenu d’un ménage en milieu rural est constitué principalement par le revenu agricole. Les cultures industrielles telles que le coton et  l’arachide viennent aussi renforcer ce revenu souvent faible et irrégulier.

Cette population agricole est répartie dans sa grande majorité en petites exploitations agricoles familiales (EAF) qui exploitent de petites superficies et contribuent fortement à la production vivrière du pays. Les données de l’Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie (ANDS) sur les zones de production et ceux issus des enquêtes du projet de caractérisation et de typologie des exploitations agricoles familiales au Sénégal (EXFAM) menée par l’ISRA/BAME en 2004 avec l’appui de la SODEFITEX, de la SAED, de la DAPS, de l’ANCAR et de la FONGS/CNCR nous donnent quelques éléments d’appréciation.

Les zones de production par culture pour la campagne agricole 2012/2013

Les chiffres de l’Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie (ANDS) pour la campagne agricole 2012/2013, nous donnent un aperçu des zones de production des différentes cultures industrielles et vivrières.

Espace_agricole_03

Les cultures industrielles: Concernant l’arachide à destination des huileries, le bassin arachidier (Kaffrine, Thiès, Louga, Kaolack et Fatick) totalise une superficie emblavée de l’ordre de 502 407 Ha pour une production cumulée de 469 233 T. Kaffrine et Kaolack dominent en terme de superficies emblavées et de production avec respectivement 126 597 Ha et 107 281 Ha pour les surfaces et 131 264 T et 121 925 T pour la production. Le coton est concentré à Kolda, Kédougou et Tambacounda avec un total de 31 090 Ha pour une production de 32 491 T. La région de Kolda a emblavé à elle seule 20 561 Ha de coton pour une production de 21 715 T.

Les cultures céréalières: Le riz est présente principalement dans la region de Saint-Louis avec 73 000 Ha pour une production de 470 850 T de paddy, suivent Ziguinchor et Sédhiou, avec respectivement  22 805 Ha et 20 025 Ha en superficie et 43 543 T et 36 971 T en production. Le mil est fortement présente dans le bassin arachidier (Diourbel, Fatick, Kaolack, Thiès et Kaffrine). Le bassin arachidier cumule 610 042 Ha en mil pour une production totale qui atteint les 500 421 T. Fatick, Kaolack et Kaffrine dominent en terme de production avec respectivement 122 146 T, 104 068 T et 110 738 T. Le sorgho est cultivé à Kaffrine, Tambacounda et Kolda pour une production totale de 88 344 T. Le maïs est principalement produite dans la region de Kaolack avec 64 731 T pour une superficie de 28 454 Ha. Les régions de Tambacounda et de Kolda suivent avec respectivement 35 679 T et 37 939 T de maïs produite durant la campagne 2012/2013. Fatick et Kaffrine totalisent à eux deux, pas moins de 46 578 T.

Résumé de l’étude sur les exploitations agricoles familiales au Sénégal (EXFAM)

Le projet EXFAM a pu couvrir la presque totalité des zones éco-géographiques du Sénégal qui sont : la Vallée du fleuve Sénégal, la zone Sylvo-pastorale, la zone des Niayes, le Bassin arachidier, la Basse & Moyenne Casamance et le Sénégal Oriental & la Haute Casamance.

Dans le Bassin Arachidier, 2613 exploitations familiales ont été enquêtées. Cette zone regroupe les régions administratives de Louga, Thiès, Diourbel, Fatick et Kaolack. A Kaffrine, le foncier  cultivé par exploitation est estimé en moyenne à 4,6 Ha, à Fatick il est de 4,80 Ha et à Thiès de 4,64 Ha. Les enquêtes révèlent que l’arachide est cultivée par les exploitations agricoles familiales en moyenne sur 2,25 Ha à Kaffrine, 1,36 Ha à Fatick et 2,49 Ha à Thiès. Le mil et le sorgho sont cultivés en moyenne sur 2,02 Ha à Kaffrine, 2,15 Ha à  Fatick et 2,70 Ha à Thiès. Pour le maïs, il l’est sur 1,50 Ha à Kaffrine et 0,86 Ha à Fatick. Le revenu agricole moyen par exploitation est estimé à 325 768 Fcfa à Kaffrine, 178 445 Fcfa à Thiès et à 143 810 Fcfa dans la région de Fatick.

La Vallée du Fleuve Sénégal (VFS)  regroupe sur le plan administratif les régions de Saint Louis (départements de Saint-Louis, Dagana, Podor), de Matam (département de Matam et Kanel) et de Tambacounda (Département de Bakel). Le nombre d’exploitations agricoles enquêtées s’élève à 3167. Le foncier moyen cultivé est de 3,75 Ha à Dagana, de 0,98 Ha à Podor, de 1,12 Ha à Matam, de 1,19 Ha à Kanel et de 1,63 Ha à Bakel. Les enquêtes du projet EXFAM montrent que le riz est cultivé en moyenne par exploitation sur 5,87 Ha à Dagana, sur 1,02 Ha à Podor, sur 0,62 Ha à Matam, sur 0,95 Ha à Kanel et sur 0,51 Ha à Bakel. Pour le maïs, il est cultivé sur 0,53 Ha à Dagana, sur 1,02 Ha à Podor, sur 1,35 Ha à Matam, sur 0,75 Ha à Kanel et sur 1,05 Ha à Bakel. Le mil et le sorgho sont quant à eux cultivés sur 0,50 Ha à Dagana, sur 1,94 Ha à Podor, sur 1,57 Ha à Matam, sur 0,64 Ha à Kanel et sur 2,07 Ha dans le Bakel. Le revenu agricole moyen  par exploitation est estimé à  438 114 Fcfa dans la Vallée du Fleuve.

Dans le Sénégal Oriental et la Haute Casamance, c’est au total 1184 exploitations agricoles familiales qui ont été enquêtées, soit 731 dans le Sénégal Oriental et 453 en Casamance Continentale. Le Sénégal oriental regroupe le département de Bakel dans sa partie non fluviale et les départements de Tambacounda et de Kédougou. La Casamance continentale correspond quant à elle aux départements de Kolda et Vélingara.  Les superficies moyennes par exploitation pour l’arachide sont de 0,86 Ha à Kédougou, de 2,83 Ha à Kolda, de 2,65 Ha à Tambacounda et de 1,08 Ha à Vélingara. Pour le coton, les superficies tournent autour de 1,75 Ha à Kédougou, de 1,4 Ha à Kolda, de 1,07 Ha à Tamba et de 2,69 Ha à Velingara. Pour les céréales, le riz est cultivée sur 0,79 Ha à Kédougou, sur 1,06 Ha à Kolda, sur 2,5 Ha à Tamba et sur 1,19 Ha à Vélingara. Le maïs est cultivé sur 0,96 Ha à Kédougou, sur 1,5 ha à Kolda, sur 0;96 Ha à Tamba et sur 1,19 Ha à Vélingara. Le mil et le sorgho sont présents en moyenne sur 1,24 Ha à Kédougou, sur 2,28 Ha à Kolda et sur 2,21 Ha à Tambacounda.

Les exploitations agricoles familiales sont très productives en dépit du fait que le revenu agricole moyen soit faible. Les conditions de marché et les aléas climatiques contribuent aussi à rendre ce revenu agricole très irrégulier. Les politiques agricoles doivent prendre en compte les besoins de ces EAF qui sont pour la plupart en situation d’insécurité alimentaire. Appuyer les EAF c’est aider le Sénégal à  nourrir sa population.

Publicités

À propos de lavoixdelavallee

Agroéconomiste/Financier, conseiller en entreprise agricole

Discussion

Une réflexion sur “Les exploitations agricoles familiales du Sénégal sont très productives

  1. Merci pour l’information

    Publié par Lamine coly | décembre 18, 2014, 7:24

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Entrez votre adresse e-mail pour souscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par email.

Rejoignez 833 autres abonnés

Stats du Site

  • 24 828 visites

Suivez-moi sur Twitter

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :